Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘French’

How did you get here so quickly? And where did all the daffodils and flowering plum trees and quince bushes you brought with you come from? Maybe I shouldn’t be so surprised, since Winter never really showed up here in the first place. But for this New Englander, Spring always comes eerily early in Northern California. Isn’t the landscape supposed to be dreary and barren until the ground thaws out in May?

My seasonal confusion probably hasn’t been helped by the fact that B and I just spent 2 weeks in Côte d’Ivoire in West Africa, where the temperature hovers around H-O-T °F and the humidity seems to be about 99.9% (literally, my skin was moist to the touch at all times). We were there for my sister-in-law’s wedding, a beautiful mix of French, Ivoirian, and Congolese (my new brother-in-law–exciting for this only child!–is from Kinshasa) traditions. It seems our family has taken a liking to February nuptials. Amélie and Julien were married one week to the day before B’s and my one year anniversary. And Mamie Jo and Papi René (B’s paternal grandparents) celebrated their 60th wedding anniversary just last week.

Maybe February wedding celebrations are the best way to break out of the winter doldrums? They’ve certainly been a great excuse for travel for our family in France!

Since I never posted them last year, here are a few pics* from our Boston wedding.

Happy…dare I say it too soon?…Spring! Okay, not quite, but we’re almost there…

*All pics courtesy of our wonderful and talented wedding photographer, Joyelle West.

Advertisements

Read Full Post »

As I lay under the covers this morning, trying to get one more short round of shut eye, Bastien marched into the bedroom, loudy trumpeting (yes, literally making the sound of a trumpet) a familiar tune. In my morning fog, eyes still heavy, mind still groggy, it took me a few seconds to recognize what song I was being serenaded by. Having given up on sleep when the trumpeting didn’t stop, my only choice was to play along. Name that tune! And as I opened my eyes, I realized that my own personal herald was tapping his toes to la Marseillaise, the French National Anthem. And in that brief moment between semi-consciousness and awakening, when images and reality go from cloudy to concrete in a nanosecond, I realized not what by why: today is la fête nationale en France. Bastille Day. Of course!

So in honor of my adopted country, where there is no longer a monarchy but where food is still king, I’m posting what else but a recipe.

Bonne fête et bon appétit!

Tarte aux fraises

I recently made this strawberry tart when our neighbors came for dinner. I’ve also made it with peaches and nectarines, and it could easily be paired with apricots, figs, raspberries or other fruits of the season. The recipe is inspired by one found in Food and Wine magazine.

Ingredients for the pastry:

3/4 cup plus 2 tablespoons all-purpose flour

6 tablespoons cold unsalted butter, cut into 1/2 -inch pieces

2 tablespoons sugar

2 tablespoons beaten egg

Ingredients for the filling:

2 large egg yolks

1 cup milk

3 tablespoons sugar

3 tablespoons all-purpose flour

1/2 teaspoon pure vanilla extract

Salt

2 tablespoons heavy cream

1-2 pints strawberries, hulled (leave them whole, halve them or cut them in thick slices)

Directions for the pastry:

In a food processor, combine the flour, butter, sugar and egg; pulse just until the dough begins to come together. Turn the pastry out onto a lightly floured surface and pat it into a 6-inch disk. Wrap in plastic and refrigerate for at least 1 hour or overnight.

Preheat the oven to 350°. On a lightly floured surface, roll out the pastry into a 12-inch round. Fit the dough without stretching it into a 9-by-3/4-inch fluted tart pan with a removable bottom. Trim the overhang to 3/4 inch; fold in the overhang and press it against the sides to reinforce them. Prick the bottom several times with a fork and refrigerate until firm.

Bake the shell for 25-30 minutes, or until golden and cooked through. Let cool completely on a wire rack before filling.

Directions for the filling:

In a medium saucepan, combine the egg yolks with 3 tablespoons of the milk, the sugar, flour, vanilla and a pinch of salt; whisk until smooth. In a small saucepan, bring the remaining milk to a simmer.

Gradually whisk the hot milk into the egg yolk mixture. Cook over moderate heat, whisking constantly, until the pastry cream boils and thickens like pudding, about 4 minutes. Strain the pastry cream through a fine sieve set over a bowl. Whisk in the heavy cream. Press a piece of plastic wrap directly on the pastry cream to prevent a skin from forming. Let cool slightly, then refrigerate until thoroughly chilled, at least 2 hours.

Vigorously beat the cold pastry cream until smooth and spread it evenly in the pastry shell. Arrange the strawberries in the tart, tips up, in tight concentric circles. Refrigerate for up to 4 hours. Unmold the tart and transfer it to a cake stand or platter before serving.

Note: The pastry and filling can be prepared up to 1 day ahead. Wrap the pastry shell in foil and store at room temperature. Do not fill the shell, as it will get soggy if left longer than 4 hours. This tart is best eaten fresh!

Read Full Post »

Uncle Sam

Following on the heels of the county fair is a “better-late-than-never” post on the 4th of July. I might as well get all the Americana out there at once, right? Well, to balance out all this red (and white and blue) blooded American brouhaha, this post will actually be en français. I figured our amis across the pond could use a little introduction to Independance Day. So if you’re reading this stateside, sit back and enjoy the photos of an old-school celebration of July 4th in Nevada City, CA, a sweet little town just two hours north of us in Gold Country.

maison historique décorée pour l'occasion

Suivez-nous sur un petit voyage virtuel dans le passé…il y a un mois en Californie ou il y a 234 ans (1776) à Philadelphie selon votre point de vue! Si vous connaissez déjà l’histoire de la fête nationale américaine, bravo! Vous savez presque autant que moi sur l’histoire de ce pays (mon prof d’histoire américaine au lycée préférait nous faire des cours de méditation que de guerres, battailles, etc. car elle nous trouvait trop stressées!!). Pour ceux qui sont un peu moins au courant des événements du premier 4 juillet, c’est la journée où l’Amérique a signé une déclaration d’indépendence envers les anglais. Le pays était toujours en guerre avec le Royaume Uni et n’a pas obtenu son indépendence pour de vrai avant 1783 quand on a gagné la guerre. Je ne vais pas tenter de vous faire toute une leçon d’histoire (même pas capable!), mais plutôt une visite guidée avec commentaire sur notre journée du 4 juillet 2010 à Nevada City, California.

Happy 4th of July!

De nos jours, le 4 juillet est souvent une journée de défilés en ville, de feux d’artifice, de foires, de pique-niques, de barbecue, et de fêtes familiales et amicales. C’est une journée d’étalage de patriotisme (encore plus après le 11 septembre). Des drapeaux et du rouge, blanc, et bleu (non, pas de bleu, blanc, et rouge!) partout.

Personnellement, je n’aime pas les fêtes publiques du 4. Trop de faux patriotisme. Mais cette année, pour Bastien, il fallait trouver un bon spectacle! Alors, on est tombé sur la fête de Nevada City, un petit village charmant deux heures au nord de Drytown, et typique de la région de la ruée vers l’or. On a passé quelques heures dans une cour de café, ombragée par un platane (le premier qu’on a vu dans le coin qui est dominé par des chênes, des pins, et des séquoias), un bon poste d’observation pour le défilé!

Main Street se prépare pour le défilé

des chaises vides avant le défilé...tout le monde boit un coup au frais!

la déco des drapeaux

Le défilé fête la journée, l’été, l’histoire, la communauté, la politique (de tous points de vues), la comédie. C’est un peu de tout et de n’importe quoi! En tout cas, il y avait une bonne ambiance à Nevada City.

De la comédie, des costumes, de la musique…

la statue de la liberté et ses demoiselles

Le 4 juillet rencontre Halloween

la clown du 4

habillée pour l'occasion

monocycliste en salopette

piano man

De la politique…

voiture d'un candidat pour le sénat de Californie

l'arrivée de l'extrème droite

le troupeau des conservateurs du Tea Party

PEACE!

les verts

La communauté internationale…

le drapeau breton (!!) à côté du drapeau californien

un vieil autrichien porte le drapeau...regardez moi ces quilles!

Des scouts et des pom-pom girls…

les scouts, livreurs d'eau fraîche...il faisait 36ºC à l'ombre!

des vraies majorettes!

L’amour des véhicules…

décorée jusqu'aux roues!

en cabriolet bleu, blanc, et ROUGE!

Studebaker

"Femmes de valeur"

vieux camion de pompiers

camion de mineurs...pouet pouet!

Read Full Post »

As this is a Franco-American joint venture and blog experiment, I will be attempting to bridge the language gap for our French and francophone readers with an entry en français every so often. For those of you who long ago buried your high school French text books, now’s the time to brush up! Parlez-vous français? Un peu? Well, don’t worry, I left Montaigne and Derrida far behind me in college. And if you’re scratching your head wondering, “Zut alors, who are Montaigne and Derrida?”, don’t worry either. These entries should be très simple to read (j’espère!).

Bonjour les ami(e)s! Enfin le petit “coin français” de California 49 démarre! L’onglet a apparu sur le blog il y a bien quelques semaines, donc je suis désolée de vous avoir fait attendre! Merci d’avoir été patients. Et merci, d’ailleurs, d’être patients avec mes fautes d’orthographes, de grammaire, et d’expression qui suivront sans doute dans les articles à venir (je vois bien des commentaires sur l’emploi du subjonctif ou du plus que parfait, mais sachez que j’ai laissé ma copie de Bescherelle chez mes parents!). Comme ce blog est un travail d’équipe franco-américaine, ça me semble normal d’écrire de temps en temps en français. Même si c’est le photographe qui est français et l’écrivain qui est américaine…vous seriez peut-être un peu frustré de voir que des photos (aussi belles qu’elles soient) et de jamais pouvoir lire les mots! Et pour ceux qui aiment faire la cuisine, je compte bientôt traduire les recettes en français (les unités de “cups” et “tablespoons” me semblaient jamais logiques non plus!).

Alors pour ce premier article en français, je vous fais un petit sommaire de notre coin du monde. Je vous conseille de sortir un atlas ou d’ouvrir Google Earth pour mieux visualiser là où se trouve la Californie. On est loin de la France et même très loin de la côte est (d’où je viens). J’oublie des fois que ce pays est immense–tellement grand que je connais mieux la France! On a trouvé un petit chez nous à Drytown, “la ville sèche.” Si vous regarder la carte, on est situé au sud-est de Sacramento, la capitale de la Californie. On est au pied de la Sierra Nevada, une chaîne de montagnes qui sépare la Califonie du Nevada (l’état à notre est) et qui monte jusqu’à 4,421 mètres.

les collines de Drytown

Drytown est plutôt un bled miniscule qu’une ville, et le centre est coupé en deux par la route 49, connue comme la grande route historique du pays de l’or. En France, même dans les villages les plus petits, c’est obligé de trouver une église, une poste, et une boulangerie. Pas le cas dans ce pays jeune. A Drytown, on a une poste (caché dans le “general store”), un pub, un hotel/restau, et trois (!) brocantes. A Fiddletown, le village où a passé 5 semaines et où on a loué un studio dans une ancienne brasserie en février et mars (brrr! ça caille dans une maison avec un sol en marbre!), il y avait une église ET une église de cowboy (“cowboy church”) qui ressemble plus à un saloon qu’une chapelle. On est bien dans le far ouest ici!

Bastien tond la pelouse

Chez nous, on a un grand jardin (~1 acre = 0,4 hectares) avec plein de rosiers, des iris, du chèvrefeuille, une glycine sur le balcon, un olivier, des pruniers, un figuier, un poirier, et même un pied de vigne de raisin de table! Bastien a commencé à planter (la saison est très tardive cette année) un potager au pied d’une grande colline où nos seuls voisins sont quatre chevaux et des chênes. On cherchait pas forcément à entretenir toute une propriété, mais la maison est charmante et on se sentait chez nous dès la première visite.

Petit à petit ces deux oiseaux font leur nid…

Read Full Post »